En pleine « crise » des gilets jaunes, beaucoup de gens s’étonnent de l’attitude partiale et malhonnête des médias vis-à-vis d’un mouvement dont la légitimité leur semble pourtant si évidente. Qu’ils y prennent part ou non, ils se reconnaissent dans le mouvement lui-même et dans la plupart de ses revendications, mais pas du tout ou très vaguement dans la description qui en est faite au 20h, dans les débats télévisés ou dans la presse écrite. En pleine guerre de l’info, alors que nos gouvernements envoient des spécialistes jusque dans les écoles pour préparer les enfants à se méfier de tout ce qui, de près ou de loin, remet en cause l’éclairage politiquement correct des événements et de l’histoire