Philippe Thiébaud, qui s’était rendu dimanche matin au ministère des Affaires étrangères pour remettre ses lettres de créances à Mohammad Javad Zarif, a dû y retourner dans l’après-midi, cette fois-ci convoqué par Hossein Sadat-Meydani, chargé du suivi des affaires liées au Plan global d’action conjoint (PGAC) dont la France est l’un des signataires. Au cours de cette convocation, le ministère des Affaires étrangères a demandé des explications à la partie française concernant les tweets de l’ambassadeur de France aux États-Unis à propos du PGAC et du droit de l’Iran à enrichir de l’uranium pour des usages civils.