Pour le Royaume-Uni, qui ressasse en permanence sa soi-disant «relation spéciale» avec les Etats-Unis, la première visite officielle de Donald Trump, qui arrive à Londres ce jeudi, débute sous les plus mauvais auspices.